Musées d'art

Les musées, aussi variés que leurs collections

Les musées sont nés d’une volonté globale d’immortaliser les faits et les créations de l’humanité toute entière. Le concept du musée est ainsi présent dans plusieurs civilisations. Qu’il s’agisse d’abord de collections privées d’œuvres et de pièces d’art venues d’horizons lointains, ou de collections communes de créations qui font l’unanimité.

Si au départ les musées étaient un symbole de la puissance politique, militaire et de la portée économique de ceux qui les érigeaient, ils sont devenus, au fil du temps, des creusets de la connaissance globale.

Des musées, pour tous les goûts

Il est difficile d’évoquer la notion de musée sans parler d’art. La plupart des musées contiennent en effet des collections de pièces artistiques : peintures, sculptures, pièces musicales, broderies, etc. Mais, de nombreux musées s’intéressent tout de même à des aspects moins artistiques. Ou tout au moins, ils mettent avant des pièces dont la portée artistiques paraît tangentielle. On pense notamment aux musées ethnographiques dans lesquels on peut retrouver des pièces de silex, des instruments taillés, de outils en fer, des mécanismes ingénieux employés par des civilisations éteintes, et bien plus encore.

D’autres musées vont plus loin, en proposant aux visiteurs des éléments d’étude, qui s’affranchissent presque entièrement de toute portée artistique. On pense aux musées préhistoriques ou aux musées d’ingénierie. De tels établissements visent à préserver les preuves des temps passés, et les mérites de l’ingéniosité humaine.

Des musées quelque peu excentriques

S’il est vrai que tous les musées présentent une portée pédagogique forte, on ne peut nier que certains puissent paraître excentriques à première vue. Il s’agit par exemple de musées consacrés aux pots de chambre, aux inventions quelles qu’elles soient, aux objets hantés, et à diverses autres curiosités.

En ce sens, il n’est pas exclu qu’on puisse un jour inaugurer un musée qui collectionne les gâteaux les plus extravagants, ou les moyens de locomotion les plus ahurissants… ou peut-être même, un musée consacré aux moyens de livraison de gateau d’anniversaire a domicile.

Mais au-delà de l’absurde, du surprenant et du risible, il y a des musées qui font la part belle à des éléments moins glorieux de l’histoire de l’humanité. On y dénombre des musées des instruments de torture, des musées de la guerre et des instruments de guerre, des musées des maladies ou même des musées des méthodes médicales vétustes.

En conclusion

Les musées ne sont pas des blocs monolithiques. Ils permettent à des personnes d’horizons et d’intérêts très diversifiés, de trouver en un lieu unique, des éléments qui puissent susciter leur passion ou satisfaire leur curiosité. Les musées, quels qu’ils soient, sont donc des dépositaires d’un patrimoine commun de l’humanité. Et bien que ce patrimoine commun ne soit pas toujours glorieux, sensé ou noble, c’est tout de même un acquis qu’on se doit de préserver.